Conclusions de la 9ème Réunion Consultative du Groupe International de Contact sur Madagascar (GIC-M) Antananarivo, le 28 mars 2014

By IAfrica
In Press Releases
Mar 29th, 2014
0 Comments
155 Views


Conclusions de la 9ème Réunion Consultative du Groupe International de Contact sur Madagascar (GIC-M) Antananarivo, le 28 mars 2014

ADDIS ABEBA, Ethiopie, 29 mars 2014/African Press Organization (APO)/ Conclusions de la 9ème Réunion Consultative du Groupe International de Contact sur Madagascar (GIC-M) Antananarivo, le 28 mars 2014

1. À l’initiative de la Présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Dr. Nkosazana Dlamini?Zuma, le Groupe international de contact sur Madagascar (GIC?M) a tenu sa 9ème réunion à Antananarivo, le 28 mars 2014, sous la présidence du Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’UA, l’Ambassadeur Smaïl Chergui. La liste des pays et institutions ayant participé à la réunion est indiquée plus bas[1] .

2. La cérémonie d’ouverture de la réunion a été rehaussée par la présence de Son Excellence Hery Rajaonarimampianana, Président de la République. Dans l’allocution qu’il a prononcée à cette occasion, il a articulé les grandes lignes de ses priorités et informé les membres du Groupe des démarches en cours pour la nomination du nouveau Premier ministre et la formation du nouveau Gouvernement. Il a remercié le GIC-M pour son accompagnement soutenu du processus de sortie de crise à Madagascar.

3. La réunion a été l’occasion de faire le point de l’évolution de la situation à Madagascar depuis la 8ème rencontre du Groupe tenue à Addis Abéba, le 6 septembre 2013, ainsi que de convenir des modalités de la poursuite de l’accompagnement de la communauté internationale et de l’avenir du GIC-M. Les délibérations du Groupe se sont déroulées sur la base des mises à jour fournies par le Premier ministre malgache, M. Jean Omer Beriziky, et d’autres membres du Gouvernement, et des échanges qui s’en sont suivis.

4. Les participants, soulignant le caractère hautement symbolique de la tenue de leur rencontre à Antananarivo, se sont félicités de l’évolution positive continue de la situation depuis la huitième réunion du Groupe. À cet égard, ils ont relevé la tenue, comme prévu, dans les conditions requises de transparence et de régularité, des élections présidentielles et législatives : le 25 octobre 2013, pour le 1er tour de l’élection présidentielle, et le 20 décembre 2013, pour le 2ème tour de l’élection présidentielle, couplé aux élections législatives. Ils ont félicité Hery Rajaonarimampianina pour son élection comme Président de la République de Madagascar. Ils ont salué l’esprit de responsabilité du Dr. Jean Louis Robinson, candidat au deuxième tour, qui a reconnu la victoire de son adversaire, permettant ainsi à Madagascar de franchir avec succès cette étape cruciale du processus de sortie de crise. Les participants ont aussi salué le rôle de l’ancien Président de la Transition, Andry Rajoelina, et sa contribution déterminante au succès du processus électoral. D’une façon générale, les participants ont salué

le patriotisme et l’engagement de l’ensemble des acteurs politiques et sociaux et du peuple malgache, qui ont rendu possible l’aboutissement du processus de sortie de crise.

5. Les participants ont noté avec satisfaction l’engagement du nouveau Président de la République et de son Gouvernement à ne ménager aucun effort pour consolider les avancées remarquables enregistrées ces derniers mois et à traiter les causes profondes des crises récurrentes qui ont frappé Madagascar, notamment en assurant l’équilibre dans les moyens de développement entre toutes les régions du pays. Dans ce cadre, les participants ont rappelé les mesures envisagées pour la mise en œuvre des aspects pendants de la Feuille de route pour la sortie de crise à Madagascar, notamment la poursuite et le parachèvement de la réconciliation, y compris le retour des exilés politiques et l’indemnisation des victimes des événements politiques de la période 2002 et 2009, et la tenue des élections communales. Ils ont souligné l’importance cruciale que revêtent ces dispositions de la Feuille de route et celle de leur application diligente. Ils ont aussi exhorté tous les acteurs politiques et sociaux du pays à continuer de faire preuve de l’esprit de responsabilité nécessaire en cette phase de consolidation des acquis obtenus. Ils leur ont demandé de mettre l’intérêt de Madagascar et de son peuple au-dessus des considérations partisanes et individuelles.

6. Les participants ont été informés des priorités du Gouvernement malgache sur le plan de la gouvernance dans tous ses aspects et du développement socio-économique. Celles-ci portent notamment sur le renforcement de l’autorité de l’État, la lutte contre la corruption, l’insécurité et la pauvreté, la promotion de l’État de droit, l’éducation et la santé, ainsi que sur la création d’un environnement propice aux investissements malgaches et étrangers. Les participants, après s’être félicités du volontarisme des nouvelles autorités et des mesures qu’elles ont déjà prises, ont exprimé l’appui de leurs organisations et pays respectifs aux efforts en cours. Les participants ont soutenu la tenue envisagée, par les autorités malgaches, d’une Conférence de donateurs, une fois le nouveau Gouvernement mis en place. Ils ont exhorté tous les partenaires internationaux à participer activement à cette Conférence et à saisir l’occasion qu’elle offre pour apporter à Madagascar tout l’appui financier, technique et économique dont le pays a besoin.

7. Les participants se sont réjouis de la levée par le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA de la mesure de suspension qui avait été prise à l’encontre de Madagascar après le changement anticonstitutionnel de Gouvernement de mars 2009, ainsi que de celle de toutes les autres sanctions adoptées par l’UA, la SADC, l’OIF et d’autres acteurs. Dans ce cadre, et eu égard à la nécessité de répondre rapidement aux attentes de la population malgache, qui a payé un lourd tribut à la crise, les participants ont exhorté les partenaires internationaux à reprendre pleinement leur coopération avec ce pays. Les participants se sont félicités des annonces faites à cet effet par certains des partenaires internationaux de Madagascar lors de la réunion.

8. Les participants ont rappelé que le GIC-M avait été créé dans le contexte de la grave crise politique et institutionnelle qui a affecté Madagascar, pour servir de structure de suivi de la situation et de coordination de l’action de la communauté internationale, afin de hâter la recherche d’une solution consensuelle et durable. Ils ont noté qu’avec le prochain parachèvement du processus de sortie de crise et la restauration de l’ordre constitutionnel, le Groupe avait atteint ses principaux objectifs. À cet égard, les participants ont rendu hommage à

la SADC et à son Médiateur, l’ancien Président Joaquim Chissano, pour leur appui déterminé, patient et persévérant au processus de sortie de crise. Ils ont exprimé leur gratitude à l’UA et, à travers elle, à l’ancien Commissaire Ramtane Lamamra, pour avoir coordonné l’action du Groupe et pour son soutien crucial au processus de sortie de crise. Ils ont aussi exprimé leur reconnaissance à tous les autres membres du Groupe, aussi bien les acteurs bilatéraux que multilatéraux, pour leur soutien coordonné et continu à la Médiation, qui a permis à la communauté internationale de s’exprimer d’une même voix et d’user effectivement de son influence pour faciliter et accélérer le règlement de la crise. Les participants ont également exprimé leur profonde appréciation aux partenaires bilatéraux et multilatéraux pour leur soutien financier au processus de sortie de crise, y compris les élections.

9. Au regard du prochain parachèvement du processus de sortie de crise et du fait qu’aucune médiation internationale n’est dorénavant requise, les participants sont convenus de la nécessité pour le Groupe d’adapter son mode d’action pour tenir compte de la nouvelle donne. De manière plus spécifique, ils ont souligné que l’accent doit être davantage mis sur l’accompagnement des efforts du Gouvernement malgache, notamment dans le domaine socioéconomique et de la gouvernance dans tous ses aspects, et ce sur la base des besoins qu’il aura exprimés et des priorités qu’il aura déterminées, dans le cadre de l’appropriation nationale et du leadership malgache. Ils ont décidé de transformer le GIC-M en un Groupe international de soutien à Madagascar (GIS-M), qui sera co-présidé par Madagascar et l’UA et qui se réunira au moins deux fois l’an. Pour assurer un suivi effectif des conclusions des réunions ordinaires du GIS-M, les participants sont convenus de mettre en place, à Antananarivo, une branche locale du GIS-M, qui se réunira aussi souvent que nécessaire et tiendra tous les membres du GIS-M informés de ses activités.

10. Les participants ont exprimé leur sincère gratitude au Président de la République et au Gouvernement malgache pour l’accueil chaleureux réservé aux membres du GIC-M, leur disponibilité et coopération, ainsi que pour les excellentes dispositions prises en vue du bon déroulement de la réunion.

[1] Afrique du Sud, Chine, États-Unis, France, Japon, Madagascar, Maurice, Norvège, Royaum-Uni, Russie, Suisse, COMESA, Nations unies, OCI, OIF, SADC (Namibie, en tant que Président de la Troïka de l’Organe de la SADC, et représentant de l’ancien Médiateur de la SADC), UA et UE.

SOURCE 

African Union Commission (AUC)

Share this:

Like this:

Like Loading…

Related

This post has already been read 1 times!


Comments are closed.